Metropolisme

Festival la Ville de Demain

Client : Illusion et Macadam
Date : sept. 2019

Conception –  Animation : Adrien Boutin
Compositing : Benjamin Jonathan-Cohen
Simulation particules : Lionel Vicidomini 
Simulation fluide : Thibault Perrin
Musique : Ambeyance

Présentation

Illusion et Macadam, avec à sa tête Vincent Cavaroc, organisait du 27 septembre au 13 octobre 2019, au sein de la Halle Tropisme à Montpellier, le festival Métropolisme. Ce festival a pour but de questionner la ville de demain face aux grands défis climatiques, technologiques et migratoires qui nous secouent, en convoquant artistes et architectes, bâtisseurs et urbanistes, chercheurs et intellectuels.

Brief

Pour communiquer autour de ce projet, il fallait créer un teaser du festival, destiné aux réseaux sociaux ainsi que des conférences de presse. N’ayant aucune image du festival, le client voulait partir sur du Motion Design. Le but était de prendre l’imagerie de l’affiche et de Tropisme, très facilement reconnaissable, pour présenter les divers artistes présents.

Concept

L’affiche est dans la mouvance du design brutaliste, c’est à dire qu’elle est très minimaliste, dépouillée, brute : elle va à l’essentielle et se focalise sur le fond plus que sur la forme. Derrière cette affiche se dégage un concept : il y a une ligne d’horizon et un ciel jaune, et les textes juxtaposés verticalement représentent des buildings.

 

Nous sommes donc parti sur cette idée : une ville dans laquelle du texte s’érigerait en buildings, et qui s’éveillerait avec une chaleur de plus en plus écrasante. Au niveau de la mise en scène, nous avons axé sur un rendu cinématographique, comme un générique de film qui présente les acteurs. Comme les artistes sont divers en genres et disciplines, faire un lien entre tous aurait été très compliqué. Par contre, les annoncer comme des têtes d’affiches donne un prestige supplémentaire.

Réalisation

Tout d’abord le choix de la technologie et du type de rendu. La deadline était très courte. Le choix raisonnable aurait été de faire le rendu en 2D (plus rapide à travailler, à rendre, à modifier). Néanmoins, avec la 3D, nous pouvons créer une véritable ville, avec de la profondeur, ce qui accentue le côté cinématographique voulu. Nous pouvions aussi plus facilement donner une atmosphère, avec un brouillard de chaleur.

Très rapidement, nous avons sorti ces images comme premiers tests, pour voir si le concept tenait la route. Le rendu fonctionnait, mais tout était illisible. Nous avons cherché à ordonner les bâtiments pour reprendre la disposition de l’affiche du festival.

Après le 2ème test, une nouvelle problématique apparût. Le rendu est beaucoup plus lisible et respecte l’affiche, mais cela ne ressemble en aucun cas à une ville. Du coup nous sommes parti sur l’idée que ce ne sont non pas les bâtiments qui créeront l’affiche, mais les ombres projetées par les bâtiments. Il fallait pour cela être assez précis pour arriver à ce résultat là.

Les ombres sont d’ailleurs irréalistes. Effectivement, nous avons tout d’abord exclut les ombres des parois latérales et arrières des buildings, mais nous avons aussi inversé l’ombre de face du bâtiment pour que le sens de lecture du texte soit respecté.

Pour détailler le tout, nous avons ajouté des pictos de la charte Tropisme pour donner un peu plus de corps et de vie à cette ville. Nous avons aussi réalisé des arbres, puisque le but est de parler des solutions pour les enjeux climatiques dans la ville de demain, accentué par l’inauguration du jardin Tropisme durant le festival.

Enfin, il ne manquait plus que qu’à créer le compositing (faire le montage, revoir la colorimétrie, placer le texte) pour le rendu final.

Bonus

Nous avions prévu avec Thibault Perrin de faire une simulation de fluide, mais nous n’avons pas eu le temps de le mettre en place. Voici les images avec le robot qui court se rafraîchir dans cette fontaine au coeur de la ville Tropisme.